P comme pommes

Participation de Adrienne :

pommes main enfant

C’était un de ces mercredis qu’il était tout seul dans la maison…
– Alors il a encore fait une bêtise?

Alors il a pris quatre belles pommes dans le compotier, les a pelées…
– Et il s’est coupé? le sang a giclé?

Il les a coupées en beaux morceaux bien égaux qu’il a mis dans un poêlon avec du beurre et du sucre…
– Qui a joliment cramé?

Qui a joliment caramélisé! Et pendant ce temps il a pris de la farine pour faire une pâte…
– Il a bousillé le mixeur et dégueulassé la cuisine?

Il a étalé la pâte sur les pommes caramélisées et a mis son plat au four.
– Où il l’a oublié? Carbonisé?

Où il l’a laissé dorer une petite demi-heure et quand il l’a sorti…
– Il s’est brûlé? il l’a laissé tomber par terre?

Il l’a mis à tiédir sur une grille.
– Alors le chien l’a mangé?

Alors sa mère est rentrée et elle s’est écriée « mais tu le fais exprès ou quoi? tu sais bien que je suis au régime! »
– Je le savais que ça finirait mal, cette histoire!

Publicités

Conter fleurette

Participation de Adrienne :

enfant-main-fleurs

 

Il n’avait pas eu besoin d’entendre la chanson de Pierre Perret pour en avoir l’idée : chaque fois qu’il avait fait une bêtise – déchiré sa chemise aux barbelés, troué son pantalon en faisant du toboggan sur des troncs râpeux, perdu une chaussure dans la boue du ruisseau – il revenait une petite fleur à la main.

Avec la manie de sa mère, ça ne ratait jamais: elle oubliait de gronder pour donner une leçon de botanique :

– Oh! s’écria-t-elle ce jour-là, quelle jolie pulmonaire!

Il était temps qu’il grandisse: bientôt il aurait épuisé toute la flore locale.

B comme Ballykissangel

Participation d’Adrienne :

 

arbre solitaire

Le vent ne suffisait pas à chasser les nuages. Il semblait au contraire à Marie que malgré les promesses répétées du guide, il les poussait tous vers ce coin de l’Irlande où elle avait décidé de passer la journée.

On était encore tôt le matin et l’ombre des quelques arbres s’allongeait sur l’herbe rase. La lumière basse et blanche, les cahots de la route, sa sinuosité surtout, qui la jetait sans cesse à droite et à gauche de son siège dans le minibus, lui faisaient rater toutes ses photos. Seul ce cliché d’une lande assez désolée était de bonne qualité.

Elle ne comprenait pas comme elle avait réussi à prendre une photo sur laquelle n’apparaissait aucun mouton, alors qu’ils étaient des centaines, peut-être des milliers, éparpillés dans le paysage.

Et quand le minibus a enfin atteint le but de son voyage, elle a constaté que la pile de sa caméra était à plat et qu’elle n’en avait pas en réserve.

Pourtant, c’était à sa demande que le guide avait proposé un arrêt devant le fameux « Fitzgerald’s » de Ballykissangel 

Donne-moi la main

Participation d’Adrienne :

jeux enfants fontaine mains

 

– Donne-moi la main!

Depuis mes cinq ans, combien de fois ai-je dit cette petite phrase?

– Donne-moi la main! Reste sur le trottoir!

Nous revenions de l’école. J’étais le tracteur, lui la remorque qui se faisait de plus en plus lourde, de plus en plus capricieuse.

– Donne-moi la main! Ne va pas trop loin!

Nous étions à la côte et tout à coup je ne le voyais plus, caché par une vague. Je savais tout juste nager et lui pas encore.

– Donne-moi la main pour traverser!

Il filait sans regarder ni à droite ni à gauche et moi j’étais responsable.

Il faut croire qu’il y a un ange gardien spécialisé dans les petits frères.