• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 29 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation
  • Publicités

Layla (atelier n°5)

Participation de Roasted Bean

cheval-atelier-ecriture

 
Voici Layla, belle étoile au fond de la nuit
Une créature magnifique, qui brille et qui luit,
Elle est peut-être vivante, peut-être a-t-elle un cœur,
Tout ce que je sais, c’est que Layla est une fleur.

Layla, bonjour au beau matin, au moment où j’échappe,
Où j’échappe au temps, à la routine qui me rattrapent,
Où j’échappe vers ton paysage parsemés de petites fleurs,
Qui vivifie la vie avec ses couleurs, ses senteurs.

Layla, lilas peut-être, jonquille ou bouton d’or
Je ne te regarde que toi au bon matin, aux aurores,
A l’horizon, au moment où la lumière s’étend
Où la brise valse au gré des quatre vents

Layla, as-tu soif ? Viens que je t’arrose
Le soleil tape-t-il fort ? Parle, petite rose
Petite rose pâlit, ses pétales sont diaphanes
Elle meurt petit à petit, petite rose se fane.

Layla se consume comme d’antan les autres fleurs
Elle est maintenant partout, ici ou ailleurs
Place aux obsèques de Layla, les funérailles sereines
Où Layla au fond de son tombeau est reine.

Layla, qui repose au fond des cœurs, bonsoir
Ton ascension, ta dispersion, vers le néant du soir
Me chagrinent, m’apaisent et m’emplissent d’espoir
En me détruisant à l’idée du dernier au revoir.

Layla, toi qui me manque déjà, l’heure va sonner
Pour que je vienne te rejoindre, promis
Sur notre tombe, il restera en suspens une fleur de lys
Et autour, ton jardin de fleurs que tu as toujours affectionné.

Ceci est une lettre que j’écris à Layla,
Calligraphiée dans la beauté de la nature
Dans le galop d’un cheval, dans l’odeur fraîche de l’air pure
Et dans le champ, les plaines aux petites fleurs çà et là.

Publicités
Article précédent
Article suivant
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :