La pomme et les oiseaux

Participation de Céline,

pommes main enfant

On ne savait rien des oiseaux affolés. On ne savait pas que lors de son approche il y avait toujours un bec qui se levait pour alerter. On n’avait pas conscience de l’envol soudain, des plumes oubliées dans la foulée, de l’excitation, de toutes ces trajectoires qui se perdaient qui s’emmêlaient qui ne savaient pas s’il fallait se réjouir ou pleurer d’être là réveillées.

En fait, la faim le tenaillait mais il ne s’en rendait pas compte. Il travaillait et ce quartier de pomme, —ce jus acide et sucré brisé entre ses dents— mit en alerte ses papilles comme une nuée d’étourneaux. C’était presque douloureux. C’était vif.

Et les oiseaux comme pris dans un nouveau filet de vent firent demi-tour. Aucun ne fut oubliés, ils plongèrent vers ce qui restait du gouter. On savait tout de ces oiseaux affolés tant qu’on tendait l’oreille vers leur criée.

Publicités
Article précédent
Article suivant
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :