• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Une idée du bonheur

Participation de Lucie :

arbre solitaireSans m’être enfuie, je marche sans savoir où je vais. Les couleurs de la nature me font oublier que je m’éloigne de la civilisation de façon irraisonnée. Mon corps me porte, et je me concentre sur les odeurs, les couleurs, les sons et la douce caresse du vent chaud sur mon visage. Arrivée au pied d’une petite colline, je décide que je ferai demi-tour une fois au haut. A moins que je m’y assois, pour méditer peut-être, ou regarder ce que la nature m’offre à voir.

Près du but, je remarque un arbre, seul sur la pente, entre ciel et terre. Pourquoi est-il seul?
Je me demande aussi s’il a été déraciné, et planté ici au hasard, comme une punition. Pourtant il n’a pas l’air malheureux.

Et si le bonheur était un lieu plutôt qu’un entourage? On sait que les relations sociales font l’homme, mais imaginons que ce soit le lieu qui détermine le bonheur. Celui qui leur paraît être le meilleur. C’est tout à fait subjectif, mais ne dit-on pas que le bonheur des uns fait celui des autres? Alors plusieurs êtres humains, partageant la même idée du bonheur finiraient par se retrouver dans le même lieu.

Encore faut-il choisir de se déraciner si nous pensons ne pas être là où nous devrions être. Prendre le risque d’être seul, un temps, mais sans renoncer pour autant au bonheur.
Là où l’arbre n’a pas la chance de s’en sortir s’il ne prend pas racine, l’homme peut toujours changer d’avis, et replanter ses racines d’où il vient.
Et si ces lieux étaient des situations? Et si ces lieux étaient des relations?

Et si je décidais de planter mes racines à côté de celles de cet arbre?

Article précédent
Article suivant
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :