• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Les ouailles

Par Lizly

Jeu 11 ShayaDehors, l’atmosphère a cette lourdeur de fin d’après-midi moite et languide. Le soleil s’enfonce pesamment vers une ligne d’horizon épaisse comme une flaque de graisse. Le temps se répand presque avec onctuosité.

Ici, en laissant différentes ouvertures offertement béantes, on avait créé l’illusion de faire courir l’air. Suffisamment pour expliquer les mouvements dans les cheveux des jolies femmes bien que peu y prête vraiment attention. Guère plus qu’aux reflets curieusement erronés dans la vitre face à eux.

Ça observe sans véritable attention une femme un peu grosse qui opère avec minutie, l’obligeance due perturbée par un mouvement de caresse dans la nuque de sa suivante. Dans la vitre, en face, ombres et lumières ne laissent apparaître que le galbe d’une joue, la ligne d’ouverture d’une paire de lèvres, la courbe d’une cuisse et le creux de l’aine.

La jeune femme est déjà concentrée sur ce qui va suivre et ne voit rien. Ses paupières baissées lui masque ce reflet sensuellement oblitérée. Elle porte toute son attention sur les gestes à venir, se réjouit peut-être inconsciemment du souffle rafraichissant maintenant son dos.

Ça retient une remarque, le tour de garde se termine bientôt, mais pousse un profond soupir qui provoque un pli curieux dans la chemise de la femme méticuleuse. Ça essaie d’entendre sa prière. Si des mots lui parviennent, le sens général lui échappe. Ça n’insiste pas, c’est destiné à un autre. Comme si souvent.

Son regard se porte de nouveau sur la vitre. Le dessin d’une paire de sein rayés de deux tons de bleus y est apparu.

– Bon, ça vous couperez les ailes d’être un peu attentifs ? tance-t-il.

Un rire clair court le long de la vitre, les cheveux de la jeune fille retombent dans son cou.

– Et bien, Vertu, tu protèges tes ouailles ? souffle une expiration chargée d’une forte odeur de vin.

Ça s’ébroue. Ça déteste ce dernier surnom en date dont l’équipe l’a affublé. Ça n’aime pas non plus qu’on lui rappelle combien sa musette ne s’emplit guère depuis quelques décennies, le reléguant régulièrement vers des rangs inférieurs. Ça savait pourquoi on l’avait mis là, comme c’était censé canaliser les autres. Mais là…

La grosse femme s’éloigne, un air apaisé sur le visage. Ça ne peut s’empêcher de remarquer le lourd paquet qui bat les flancs d’Opulence a grossi. Encore. La jeune femme s’approche à son tour. Le changement d’équipe sonne sous ses semelles.

S’éloignant, ça sent sa musette s’appesantir lentement. Ça soupire. Celle-là même dont les autres se sont lubriquement joué…

C’est décidé, qu’on le mute dans un autre pays s’il le faut, église, temple, salle de prière, autre, peu importe mais il n’est plus question que ça serve de nounou à ces dépravés d’antiques divinités grecques !

Article précédent
Article suivant

2 Commentaires

  1. Original et étrange à la fois ! 😀 Il deux-trois petits paragraphes qui m’ont marqué par leurs images et le style d’écriture vraiment fluide.

    • Merci beaucoup. J’ai eu du mal à le sortir celui-ci, j’ai lissé beaucoup les phrases, ce qui donne sans doute cette fluidité.

%d blogueurs aiment cette page :