• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Prière d’outre-tombe…

Par Marisa

Jeu 11 ShayaLe temps a suspendu son vol et je n’ai plus de repères.

Quand est-ce arrivé ? Il y a si longtemps. Des bribes de souvenirs de nos jours heureux me reviennent en mémoire, lancinant comme le refrain d’une chanson sans fin.

Je te vois, le visage grave, affairée à ce rituel répété inlassablement avec la même méthode et le même acharnement, faisant fi du mauvais temps, pluie déversant son chagrin sur tes joues flétries, ou du soleil radieux répandant ses bienfaits sur le corps sans jamais atteindre ton âme.

Toi, depuis combien d’années n’as-tu pas ri, n’as-tu pas chanté ? Cela fait une éternité, depuis que je t’ai quittée. Le rayonnement de notre amour s’est enfui comme un voleur à la sauvette et l’harmonie qui nous portait a dérivé dans la barque maintenant vide de nos sentiments.

Je peux ressentir ton amour chaque jour et j’essaie en vain d’entrer en contact avec ton âme. Mais aucun des signes que je t’envoie ne t’alerte, tu restes inerte à mes tentatives répétées, embuée dans le chagrin qui emprisonna ta vie dans la mienne qui s’éteignit.

Mon amour, je suis là en ces lieux de recueillement et d’oraisons où chacun s’éplore en silence,  et l’onde odorante des encens embaume mon aura.

La légèreté de l’air dont je t’enveloppe semble quelque peu t’apaiser et mon esprit encore vivant en ressent de la joie. Ne pleures pas mon aimée, je ne te quitte pas et garde un œil bienveillant sur notre fille qui a bien grandi et qui te ressemble tant.

C’est grâce à ce rituel ancestral que je reste auprès de toi et que notre amour se ravive comme le feu d’une cheminée qui repart d’un souffle sur sa braise rougeoyante. Précieux petits bols anciens regorgeant de mille pensées et prières où je conserve maintenant une place spirituelle, moi qui vit maintenant dans les cieux.

Ce nouveau monde où j’évolue, tu y auras ta place dans quelques temps auprès de moi. Mais pour l’heure, ma douce amie, ouvre-toi à nouveau à la vie et laisse le parfum des cerisiers envahir ton âme pour renaître à l’harmonie.

Regarde à nouveau la nature qui s’éveille à l’aube d’un matin nouveau, les pétales des fleurs qui virevoltent au gré du vent s’amoncelant en un tapis rose et rouge, et tourne la page endeuillée pour laisser à nouveau fleurir l’ardeur de l’amour.

Article précédent
Article suivant

3 Commentaires

  1. C’est très doux 🙂

  2. C’est beau !

  3. Je rejoins laracinedesmots, voilà qui est très doux.

%d blogueurs aiment cette page :