• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Ce qu’il me passe par la tête

Par Cécile MdL

jeu 10Quand je vois ce cou avec la veine qui palpite en faisant légèrement bouger ce joli coquillage, je me dis que j’adorerais serrer ce cou fort, fort, si fort.

C’est tellement bon et jouissif de provoquer la mort, de voir souffrir la victime que l’on a choisie au hasard, parce qu’elle était là au mauvais moment.

Elle était là dans le bus 342 direction l’église Sainte Marthe.

Son collier et le col en dentelle de son chemisier et surtout l’appel de sa mort ont été plus fort.

Je l’étranglerai dès qu’elle sera seule dans l’une des ruelles du quartier Sainte Marthe.

J’ai hâte, j’ai hâte …

Ce matin, j’ai mis mon joli collier-coquillage, celui que m’a offert Paul, je vais le retrouver chez sa grand-mère, pour boire le café, je vais enfin la rencontrer ! Alors, j’ai mis mon chemisier brodé. Paul me dit qu’avec, je ressemble à un ange.

J’espère qu’elle m’aimera et surtout qu’elle aimera l’enfant que je vais offrir à son petit-fils.

J’ai hâte, j’ai hâte …

Article précédent
Article suivant

5 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour ce petit texte plein d’humour.
    J’avoue que j’en aurais peut-être plus profité si ma compagne n’était pas actuellement enceinte de 6 mois. Je n’étais pas très chaud pour avoir un enfant. J’ai, Dieu m’en est témoin, tenté plusieurs fois de faire valoir mon point de vue. Ce monde, toujours plus cruel, me semblant peu indiqué pour y faire grandir des enfants. Mais, ceux qui la connaisse vous le diront, quand elle veut quelque chose… Et puis, cette lumière dans ses yeux quand elle m’en parlait, ce rayonnement de tout son visage, son sourire transfiguré, sa confiance, son amour, son enthousiasme. Être si proche du mystère de la création qu’on en devient un élément indispensable. La folie à l’état pur, finalement, c’était juste ça qui nous manquait. Alors on l’a fait.
    Et maintenant, j’attends qu’elle rentre. Il est 21h19. Elle aussi avait un collier de coquillages, souvenir de vacance. Elle aussi prend le bus. Notre appartement est dans une ruelle… Je regarde les secondes passer.
    Je me sens mal.
    J’ai envie de vomir…

  2. lullaby

     /  11 février 2013

    Belle idée ! Et j’aime bien le texte à deux voix 😉

  3. Bonjour et merci !
    Ce que j’aime dans ces jeux d’écriture, c’est que l’on peut-être tour à tour un monstre, une innocente victime …
    C’est vraiment un pouvoir merveilleux l’écriture !

  4. Dominique

     /  13 février 2013

    J’ai apprécié ce texte.Faire mourir « la jeune fille au coquillage », toute fraîche, toute jeune et toute belle était une tentation. J’y ai cédé.

  5. Dominique

     /  13 février 2013

    Monsieur Normal, merci pour ces rebondissements dont vous nous régalez. Avec vos commentaires, on a un « bonus de lecture ». Et toujours très bien mené.

%d blogueurs aiment cette page :