• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Je rentre à la maison

Par Lullaby

Cher journal,

Je n’y arrive plus. Voila, c’est dit, ce voyage aura été ma limite, je ne peux plus. Je n’ai pas envie de poursuivre. Mes errements m’ont imposé des kilomètres, je me suis trop souvent perdue ici, je n’en peux plus d’avancer sans savoir où je vais. Il fait nuit, il a plu, il fait froid et humide, tout est trempé, et je suis fatiguée. J’ai l’impression d’avoir fait un plongeon dans le fleuve, je me sens moite et sale, mes cheveux pendent, mes vêtements pendent, mes jambes pendent, je ne suis qu’une pendante perdue dans ces rues trempées et je veux rentrer à la maison.

Je me suis assise au croisement d’un grand marché fourmillant et d’une ruelle sombre, et j’attends que mes forces reviennent. Entre deux phrases, je disperse des regards blancs autour de moi, sans rien reconnaître, ni même connaître. Non, je ne reconnais plus le monde car ici, ce n’est pas le monde. L’hostilité de cette ville est opprimante et aliénante. Partout, les gens vont et viennent dans leur langue bizarre, avec leurs tenues d’un autre temps, leurs faciès identiques et leur saleté chevillée au corps. Quand j’ai entrepris mon périple pédestre à travers la Chine, je ne pensais pas tomber sur une telle différence de civilisation, de mode de vie. Comme les autres fois, l’étranger m’attirait, l’exotique, le sentiment de ne rien avoir à faire là, d’être anonyme et vierge, inculte de tout, lâchée au commencement du chemin de l’apprentissage. Ce sentiment d’être mise au monde, et cette obligation d’apprendre, voila ce qui explique depuis le début mes périples à travers le monde. Mais cette fois, ici, en Chine, je ne me sens pas accouchée ; je me sens lasse et dépassée par la prolifération de tout. La prolifération de gens. La prolifération de rues. La prolifération de sons, d’odeurs, de différences. Je ne comprends pas, je n’avance pas ; ici je n’y arrive pas.

Il n’y a qu’à voir cette rue immonde, cher journal. Je t’en fais une photo, tiens, tu comprendras. Quelle personne sensée aurait envie d’y mettre un pied ? Tout me hurle de rester où je suis. Tout est sale, encombré, étriqué, vieux, misérable et repoussant. Les oripeaux périmés de quelque fête passée ne suffisent pas à dissimuler la misère. Aucun artifice ne dissimule jamais la misère, seul le sourire des miséreux a ce pouvoir. Mais parfois, même les miséreux ne redonnent pas de gaieté à leur lieu de vie. Parfois, ils sont atteints par le sombre et l’insupportable, et ils perdent leur sourire. C’est ce que j’ai compris ici. Quand j’entends le ton sur lequel ce père vient de réprimander sa fille, je n’en suis que plus convaincue. Ici, ce n’est pas le monde. Quand ce ne sont plus les gens qui déteignent sur les lieux, mais les lieux qui déteignent sur les gens, il n’y a plus rien à espérer.

Je vais prendre mon courage à deux mains, cher journal. Je vais me relever, poursuivre ma marche et retrouver, j’espère, mon chemin. Mon errance ici a assez duré. Je rentre à la maison.

Article précédent
Article suivant

7 Commentaires

  1. Avez vous écrit un livre, si oui, j’aimerai avoir le titre. J’adore votre façon d’écrire. SI vous n’avez jamais écrit de livre foncé, je serai votre premier fan 😉

    • lullaby

       /  3 novembre 2012

      Eh bien eh bien eh bien eh bien…. (oui, ce sont les seuls mots qui me viennent, là, tout de suite…) Merci beaucoup pour ce gentil commentaire qui me va droit au coeur…
      Bon, et si j ‘essaye de me reprendre 2 minutes, je devrais réussir à vous répondre que non, à part mes nouvelles et tentatives de début de romans soigneusement planqués chez moi, je n’ai rien écrit. Mais vous évoquez là un vieux rêve…

  2. Superbe texte! Les sentiments du personnage sont bien rendus!

  3. lullabyonearthullaby

     /  3 novembre 2012

    Oh merci beaucoup ! Je doutais d’avoir réussi à bien transmettre l’état du personnage justement, donc merci pour ton avis qui me rassure un peu !

  4. C’est incroyable toute la tristesse et la dureté que tu as trouvées dans cette photo… En tout cas, voilà un texte bien équilibré dans l’écriture et d’une grande justesse de ton.

    • lullaby

       /  3 novembre 2012

      Venant d’une prof doc qui avale des dizaines de livres par mois, je n’en suis que plus touchée. Merci à toi aussi…

      • Ouais, euh, je lis surtout de la littérature de jeunesse, c’est pas toujours très fin comme style. Enfin, du coup, j’apprécie d’autant plus quand le style est bon.

%d blogueurs aiment cette page :