• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Petite

Par Lullaby

Elle est partie, ma petite, elle ne reviendra plus. Je me souviens, quand elle était enfant, quelle était sa joie de me tenir compagnie des heures entières… Elle attrapait le premier livre qui l’attirait, souvent par une couleur, quelquefois un mot qu’elle reconnaissait, quelquefois une image, et elle me demandait de lui en lire des extraits. Elle s’asseyait sur mes genoux et ensemble, nous parcourions quelques pages. Elle observait un silence religieux en observant mes lèvres bouger. Je levais de temps en temps les yeux des pages pour avoir le bonheur de tomber sur son regard émerveillé, parfois sur un sourire inconscient. Je n’aimais rien plus que ces heures pendant lesquelles elle n’était qu’à moi, ces moments de pur partage égoïste. Plus tard, quand elle savait lire, elle continuait son rituel de choix parmi les étagères poussiéreuses de mes livres dépassés. Elle s’installait tout près de moi sur son tabouret et je ne me lassais pas d’entendre ses doigts tourner les pages, puis sa voix douce me raconter ce qu’elle avait lu.

C’était il y a bien longtemps et en même temps, c’était hier. Elle a grandi, ma petite. Elle a fui le parc pour la ville, les livres pour les amies, notre bulle pour leur complicité. Elle ne vit plus nos moments, mais elle en ressortira le souvenir plus tard sans doute, je l’espère. Alors j’attends, moi, le jour où elle viendra s’asseoir près de moi et me dira de sa douce voix : « tu te souviens, papa ? »

Article précédent

2 Commentaires

  1. Très beau texte à déguster lentement…

%d blogueurs aiment cette page :