• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Trois pressions

Par Lullaby

Trois pressions.

Ca n’arrête pas. Je ne sais pas combien j’ai servi de pressions depuis que je travaille ici, mais je pense que je pourrais en remplir un camion-citerne entier. A l’heure de l’apéro, une commande sur deux contient au moins une pression. J’ai toujours envie d’aller voir les gens à leur table et de leur demander s’ils aiment vraiment ça. Pour moi, c’est une commande d’habitude, ils prennent leur pression presque sans soif, sans envie et sans goût, comme des automates, avides de routine. Le plus souvent des hommes, parfois des femmes, souvent des étudiants aussi, parce que c’est moins cher. C’est fou comme la pression réunit les castes sociales : c’est la boisson de l’ouvrier et celle du chômeur, celle du patron de PME et celle du fonctionnaire. C’est même celle du chanteur là-bas, qui se la raconte tous les soirs en me réclamant sa pression.

Des semaines que La Libellule me voit servir des pressions derrière mon comptoir. Elle buvait pas de ça, elle, non. La Libellule, elle aimait choisir la boisson qui la rendrait encore plus différente. Sa dernière marotte, c’était le bloody Mary. Sûr qu’on en sert pas tous les quatre matins, des bloody Mary ! Ah ça, elle avait du chien quand elle demandait son cocktail ! Une fois sur deux les serveurs s’en étonnaient et elle adorait ça. Elle prenait toujours ce petit air satisfait quand la boisson écarlate arrivait, elle était fière de sa trouvaille, qu’elle sirotait avec distinctinction et une pointe de snobisme. Je crois bien qu’elle n’aimait pas vraiment le goût du breuvage, mais appréciait surtout l’excentricité qu’il lui apportait. Le choix d’une boisson est tellement révélateur… Depuis que je suis barman, j’ai eu le temps de développer une intuition exacerbée sur les clients, et même une théorie presque scientifique. Les trois nanas devant moi par exemple. La blondinette a fini son Coca light, manque cruel de fantaisie. Elle n’est pas blâmable, elle agit comme sa mère : un kir royal. Voyez-vous ça… Le kir royal a été inventé pour griser les honnêtes mères de famille qui n’aiment pas l’alcool. Quant à la brunette qui n’a rien pris, c’est typique de l’étudiante coincée qui se retranche derrière son manque d’argent pour ne rien consommer, alors qu’elle manque surtout de fun.

C’est sûr que La Libellule, c’était un autre genre. Regardez-là avec ses lunettes immenses et son chandail rouge. La classe supérieure, par rapport à ces greluches insignifiantes. Du tempérament, du feu, du virevoltant ! Il y a tout d’elle dans cette photo, vous l’imaginez siroter son bloody Mary ? Elle a pimenté ma vie avec ses frasques, elle a refait ma déco, elle m’a même fait tailler ma tignasse… Puis elle s’est barrée sans un mot. Rapide comme la foudre. Apparition, disparition. Presque une illusion… Quelle idée j’ai eu, de suggérer qu’elle pose pour le bar…

Article précédent

5 Commentaires

  1. J’aime beaucoup ce texte.

  2. monsieurnormal

     /  30 mars 2012

    Bravo d’avoir su mettre en mots mon pire cauchemar lors de mes activités limonadières : être assimilé à sa commande.
    – Jus de tomate : alcoolique repentant
    – Coca : impérialiste américain
    – Perrier : Essaye de se donner bonne conscience avant d’enfiler ses 18 demis
    – Tarte aux pommes : encéphalogramme plat !
    Nos activités consommatrices sont loin d’être seulement due aux propriétés physico-chimiques des produits ingérés. On mange du rêve, des espoirs, de la relation humaine etc…
    Peut-être que lorsqu’on commande un demi, on commande aussi du soleil, on commande cette journée où on s’est assis entre amis pour la première fois en terrasse. On commande la liberté qu’on a ressenti alors. L’infini des possibles, semis d’une vie qui commence.
    Mais bon, j’avoue la Marie Sanglante, c’est la grande classe !

  3. Un commentaire à la hauteur du texte!

  4. Merci pour vos commentaires 🙂
    Quant à Monsieurnormal, quel honneur que tu me fais avec cette longue réponse ! J’ajoute qu’en plus, ton interpétation de la tarte aux pommes m’a fait un grand plaisir (et m’a bien fait rire aussi !)
    Ton interprétation des demis est vraie, aussi. Mais mon personnage est trop blasé pour voir le bon côté des choses…
    Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

%d blogueurs aiment cette page :