• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Un à un

Par Olivia Bellington

Il entre et s’installe à une table, le visage inexpressif. Il fait terriblement chaud, il a un peu transpiré et son dos moite colle à la banquette imitation cuir, sensation très désagréable. Il observe avec satisfaction les deux cadres vides, il est le seul, avec le propriétaire du café, à connaître la raison de l’absence de ces photos. Il en est la cause. Ses yeux passent d’une image à l’autre, il n’a pas encore arrêté son choix. Un homme ? Une femme ? Songeur, il passe un pouce sur sa barbe de trois jours. La blonde avec ses verres fumés ? Flora, de son petit nom… Il commande une bière, repasse dans son esprit tout ce qu’il sait d’elle. Il connaît son dossier par coeur, comme ceux des autres, il les a étudiés, longuement, patiemment, assis dans son salon, les feuilles et les photos étalées sur la table basse. Le charmant minois de la jeune femme cache de sombres secrets. Du moins d’après le propriétaire du café, mais lui, il se moque bien des raisons, il accomplit un travail pour lequel il est grassement payé. Sa bière arrive, servie par une jolie rousse, mince et élancée, il lui sourit, juste ce qu’il faut pour qu’elle ne se souvienne pas de lui. Son physique quelconque lui est d’une grande utilité, personne ne se remémore jamais de l’homme de taille moyenne, ni gros ni maigre, aux cheveux ternes, aux vêtements passe-partout. Il avale une gorgée de bière, en apprécie la fraîcheur, dehors, c’est la fournaise. Peut-être Grégoire qui se planque derrière ses lunettes d’ahuri, sans doute pour mieux dissimuler les regards tendancieux qu’il pose sur des gamins… toujours d’après le gérant du café. Après tout, il doit le savoir, il a été flic. Oui, il a arrêté son choix. Reste à exécuter le contrat, il se donne cinq jours et ensuite il passera au suivant. Un à un. Lentement. Mais définitivement. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des cadres vides au mur.

8 Commentaires

  1. « Il lui sourit, juste ce qu’il faut pour qu’elle ne se souvienne pas de lui. »
    Mais… c’est exactement ma méthode de drague ? Ça marche du tonnerre en plus !
    Sinon, je vois l’histoire comme une métaphore de l’envie qu’à eu l’auteur de tirer dans le tas devant autant de bonheur affiché sur le mur ?
    J’aime beaucoup.

    • Merci ! 🙂
      Mmh, chacun peut y voir ce qu’il veut, l’auteur n’est pas sectaire. 😉
      Tiens donc, ça marche du tonnerre ?

  2. J’adore l’idée, le jeu que tu crées à partir des cadres vides ! L’idée est très bonne. Et tu l’amènes très bien dans ton texte je trouve.

  3. Un tueur à gages? Fait pas bon être serveuse, dis donc?!

  4. Incroyable, j’ai scruté cette photo mais j’ai même pas vu les cadres vides ! C’est fou comme nous avons tous des regards différents ! En tout cas ton idée est très bonne !

  1. Un à un | Désir d'histoires
%d blogueurs aiment cette page :