• Atelier en cours

    Auteur : Dame Ambre ©Plumedambre

  • Atelier 2, To DO List en cours

    Un atelier particulier à partir de vos photos, vous avez quelques semaines pour participer. Pour en savoir plus
  • Contact

    ✍ Mail amillemains

    ☞ Social Twitter

  • Commentaires récents

    Dame Ambre dans Quelques mots
    OonaKaling (@OonaKal… dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
    Dame Ambre dans Quelques mots
  • Archives

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Droits

    Tous droits réservés. Pour plus de détails, lire la charte d'utilisation

Une vie différente

Par La Chauve Souris

J’ai 28 ans, je suis comptable et je suis douée dans ce que je fais. ce n’est pas la voie que j’avais choisie pourtant. « J’aurais voulu être un artiste » comme chantait l’autre. adolescente effacée, à part, on me traitait de sale gothique parce que j’étais habillée de noir et que je ne parlais à personne, ma musique sur les oreilles dès que je quittais la salle de classe. Je voulais devenir peintre. Je peignais dans la cave de mes parents, tous les soirs, musique à fond.

 

18 ans, je veux faire les beaux-arts. Ma mère sourit, mon père me dit « je te paye la première année mais si ça ne va pas, soit tu payes le reste de tes études toi-même, soit tu entres à l’école de comptabilité ». ça n’a pas été, j’ai fait comptable.

Pourquoi je repense à tout ça ? C’est ce bar qui fait remonter tous mes souvenirs. Le bar où j’allais tous les soirs après les cours durant cette année aux beaux-arts. Ce bar qui vient de réouvrir ses portes il y a un mois, ce bar devant lequel je viens de m’arrêter en rentrant de chez un client.

 

« Vous buvez quelque chose mademoiselle? »

 

Je me tenais debout, à l’entrée du bar. Je ne me souviens même pas d’avoir ouvert la porte. Le barman me regarde d’un regard bleu perçant. Lui aussi on devait le traiter de sale gothique quand il était jeune. Tout de noir vêtu, longs cheveux noirs, bracelet en cuir, une tête de dragon tatouée dépassant de son t-shirt.

 

Jameson sans glace. C’est ce que je commandais toujours.

 

« Jameson sans glace, ça marche! »

 

J’étais assise sur un tabouret. Je ne me souviens pas de m’être assise et d’avoir commandé.

 

« ça n’a pas l’air de marcher bien fort », dis-je au barman, embrassant du regard la salle vide.

 

« Pas terrible pour l’instant, mais le week-end prochain j’accueille une exposition de photos, vernissage, presse. Presse locale mais presse quand même. »

 

« Vous avez un bon comptable ? »

 

« Non, je fais tout moi-même. »

 

« ça ne marchera pas. J’ai entendu mon père raconter des histoires tellement de fois. Des histoires de bars qui ouvrent pour fermer tout aussi vite, faute d’une bonne gestion. Ces histoires ne sont pas tombées dans les oreilles d’une sourde même si ce n’était pas la voie que je pensais suivre à l’époque. Mon père était spécialisé dans la comptabilité de restaurants et de café, j’ai pris la relève, je reviens justement du restaurant sur le boulevard. »

 

« J’ai pas les moyens de me payer un comptable de toute manière. votre Jameson commence à s’évaporer vous savez. »

 

Je n’avais pas touché à mon verre. je le vidai, cul-sec. Le barman me regarda, surpris. Une fille en tailleur qui boit un Jameson cul-sec il n’a pas du en voir beaucoup. J’éclatai de rire.

 

« Je veux un tabouret au bar quand je veux, boisson à volonté et personne ne saura que vous avez un comptable. »

 

Je suis passée chez ma mère après avoir quitté le bar.

 

« M’man, t’as gardé les valises de vêtements que j’avais laissées au grenier? »

 

Ma mère sourit.

 

« Bien sûr ma chérie, je savais que tu reviendrais les chercher un jour. Comptable ce n’est pas ta vie, je le savais bien. »

 

« Merci m’man. »

 

Samedi soir, soir du vernissage, j’arrive au bar, toute de noir vêtue, j’avais retrouvé avec plaisir mes colliers, mes bracelets, mes bottes.

 

« Vous buvez quelque chose mademoiselle ? »

 

« Jameson sans glace. »

 

« Oh? C’est toi? »

 

Facile de passer du vous au tu quand on est du même monde…

 

« Sympa les photos! Elles vont attirer du monde c’est certain. »

 

https://amillemains.files.wordpress.com/2012/01/jeu-7.jpg?w=584&h=390

 

Depuis ce jour, tous les soirs, j’échange mon tailleur de comptable contre mes vêtements noirs, je vais au bar. Je fais la compta, un peu de service parfois, j’organise les expos. Je me suis remise à la peinture. La prochaine fois j’exposerai quelques toiles.

Et surtout, je surveille les nanas. pas touche au barman, les filles, il est à moi celui-là…

 

Article précédent
Article suivant

1 commentaire

  1. J’ai conservé ton parti pris de mise en page, avec la photo qui intervient au milieu du texte. Je trouve que ça donne un effet intéressant, une opposition entre le début de ton texte (« J’ai 28 ans, je suis comptable et je suis douée dans ce que je fais. ») qui serait atténuée avec la photo en ouverture. J’aime bien l’utilisation de la photo comme « arrivée » plutôt que comme point de départ, que tu aies écrit ce qui amène à cette situation. Et ce changement radical de vie, ça fait rêver.

%d blogueurs aiment cette page :